Du rififi dans les vignobles du Languedoc Abonnés
Le 30 avril 2018

1 an ou 2 ans de prison avec sursis ont été requis pour les vignerons activistes du CRAV, arrêtés avec des explosifs. Un arsenal qui était destiné à dénoncer un trafic d'importation et d'ajout de vins espagnols en Languedoc.

 

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi