Château Meyney : cinq millésimes en analyse Abonnés
Le 22 août 2022

Notre dernier vidéo en forme de coup de pouce si vous souhaitez acquérir le Saint-Estèphe qui vous convient le mieux. Autour de 30 € la bouteille, Meyney demeure une insolente bonne affaire parmi les rouges de grande garde du Médoc. Confidences d'Anne Le Naour.

- 2003 : millesime l'ultra solaire, controversé, souvent fané, sauf à Saint-Estèphe et le Nord Médoc.

- 2005 : les bienfaits des petits verdots (spécificité de Meyney) en vendanges tardives.

- 2010 : proche de la perfection, un "millésime chaise-longue" où toutes les planètes étaient alignées.

- 2011 : rescapé d'une grêle d'avant vendange, sauver par une implication humaine exceptionnelle.

- 2015 : après 2014 (grand millésime cremeux stéphanois), une année critiquée dans le Nord Médoc qui fait figure ici d'exception. Registre solide, serieux, de haute garde.

- 2019 : un millésime complet, toujours présent sur le marché, vendu en deçà de sa vraie valeur. La crise du Covid a affecté sa mise en marché.

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi